Secrétariat Général du Gouvernement

Sceau de Republique Gabonaise
Breves

Vœux au Premier Ministre, Chef du Gouvernement/Discours du Secrétaire Général du Gouvernement

Logo

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux, Directeurs Généraux de l’administration publique et du secteur privée ;

Mesdames et Messieurs les Officiers Généraux et Supérieurs des Forces de Défense et de Sécurité ;

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Premier Ministre,

Par ma voix, l’administration, les Forces de Défense et de Sécurité et le secteur privé sont heureux de vous présenter à vous, à votre épouse, Madame Béatrice ISSOZE NGONDET, à vos enfants, ainsi qu’à toutes les personnes qui vous sont chères, leurs vœux les meilleurs pour l’année 2018.

Vœux de bonne santé, de prospérité, de réussite dans l’accomplissement de vos lourdes et importantes charges au service de nos concitoyens et de la République ; le tout, avec l’incommensurable grâce, et sous la protection, l’assistance et la bienveillance de Dieu Tout – Puissant.  

Monsieur le Premier Ministre,

À l’instar des trois précédentes, l’année 2018, sera placée sous le sceau de la poursuite des trois grands chantiers de la relance de notre économie, à savoir le retour vers l’équilibre des finances publiques, l’accélération du processus de diversification de l’économie ainsi que la réduction de la pauvreté et de l’exclusion. Elle sera aussi dominée par la mise en œuvre du chantier des recommandations issues du Dialogue Politique.

Résultants des Très hautes orientations du Président de la République, Chef de l’Etat, ce sont là des objectifs et des défis, lesquels charpentent d’ailleurs la feuille de route que vous avez assignée à votre Gouvernement, illustrant ainsi votre volonté d’assainir le cadre de financement du Plan Stratégique Gabon Emergent, de rétablir la confiance entre l’Etat et les investisseurs d’une part, et entre les gabonais et la classe politique d’autre part.

 Monsieur le Premier Ministre,

S’agissant de la relance de l’économie, même si l’essentiel des efforts reste à fournir pour atteindre pleinement les objectifs que vous a fixé le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, je dois à la vérité de reconnaître que des signaux positifs ont commencé à poindre à l’horizon de la fin de l’année 2017 ; nous faisons allusion notamment à l’approbation, le 21 décembre dernier, d’un nouveau décaissement au titre du Mécanisme Elargi de Crédit conclu avec le FMI et dont l’objectif est d’assurer la stabilité macroéconomique et à jeter les bases d’une croissance durable.

De même, on a pu constater que, profitant de l’embellie des cours sur les marchés des principaux produits d’exportations, l’économie nationale a connue une certaine tendance à la stabilisation. De l’avis même du FMI, les indicateurs extérieurs s’améliorent, et les efforts fournis par votre Gouvernement pour maîtriser les dépenses publiques et garantir un niveau relativement élevé des recettes ont permis de dépasser les objectifs en termes d’ajustement budgétaire. Le déficit a été réduit de 3% entre 2016 et 2017. La dette publique reste globalement maîtrisée.

Toutefois, les défis à relever en 2018 demeurent importants pour que le Gabon sorte définitivement de cette zone de turbulence que nous traversons depuis juillet 2014. Il s’agit en effet de poursuivre la réduction des dépenses publiques, et notamment les dépenses salariales qui sont à l’origine des tensions récurrentes, devenant ainsi une source de préoccupation ; il s’agit également de mobiliser davantage de recettes fiscales et particulièrement, les recettes hors-pétrole de manière à garantir le financement du projet de développement du Gabon, de traiter de manière vigoureuse la problématique des arriérés dues aux entreprises et à divers partenaires afin de libérer d’une part les énergies du secteur privé dans la construction de notre pays et de préserver la crédibilité de notre pays à l’extérieur d’autre part.

Dans cette perspective, le secteur privé demeure rassuré parce que le Gouvernement met un accent particulier sur le remboursement de la dette intérieure de l’Etat. Nos entreprises ont en effet besoin d’un plus grand soutien de l’Etat pour qu’elles jouent leur rôle d’impulsion dans la création de la richesse et des emplois.

 Par ailleurs, il convient de relever qu’en plus de ces actions à mener sur le plan budgétaire, il est nécessaire et utile de renforcer les efforts en faveur de l’amélioration du cadre des affaires en vue de permettre à notre pays d’être encore plus attractif pour les investisseurs et de créer de nouvelles opportunités devant conduire notre économie à relever les nombreux défis auxquels elle doit faire face.

Monsieur le Premier Ministre,

Notre administration peut se targuer d’évoluer dans un cadre aux objectifs formalisés et facilitant l’évaluation des résultats dans un contexte qui exige de chacun pragmatisme et efficacité. C’est ainsi que les lettres de missions que vous avez adressées à chaque responsable ministériel visent à responsabiliser l’ensemble des acteurs, au-delà des Ministres, sur les résultats attendus dans leurs domaines de compétences ainsi que le niveau espéré de leurs réalisations en faveur de la mise en œuvre du Plan de Relance de l’Economie.      

C’est dans ce sens que, sur vos hautes instructions, le Secrétariat Général du Gouvernement, en collaboration avec le Bureau de Coordination du Plan Stratégique Gabon Emergent, s’emploie à faire évoluer le dispositif de suivi de l’exécution des réformes et des projets de développement avec pour objectif d’accompagner et de suivre les interventions des ministères pour produire plus de résultats. La mise en place de cette synergie s’est traduite, dans un premier temps, par le déploiement des équipes mixtes au sein des administrations afin d’y partager et récolter l’information devant permettre la production d’un rapport de suivi de l’exécution du PRE pour l’exercice écoulé.

Dans un second temps, il s’agira de renforcer la préparation, la gestion et l’évaluation du Programme de Travail du Gouvernement. Tout au long de l’année 2018, l’implication de l’ensemble des acteurs de la chaîne de la décision publique dans la gestion globale du PTG sera renforcée par une plus grande intégration des Directeurs Généraux dans le processus de conduite des réformes. L’idée ici est de promouvoir des méthodes de travail simples et participatives à la fois à même de garantir la production de résultats à nos concitoyens.

En nous appuyant sur les prescriptions de l’arrêté du 29 août 2017 instituant le dispositif de pilotage du PRE, l’activation des coordinations et des groupes de projets constitués respectivement par les Secrétaires Généraux et les Directeurs Généraux nous permettra de construire, très tôt, la collégialité dans le processus de décision tout en essayant, autant que faire se peut, de renforcer le sens de responsabilité de chacun dans la réalisation des objectifs arrêtés.

Les efforts du Secrétariat Général du Gouvernement dans ce domaine, pour l’avenir, iront aussi dans le sens d’améliorer l’accès à l’information sur l’activité normative du Gouvernement par la mise en place d’une plate-forme numérique qui permettra ainsi une publication plus rapide et simplifiée du Journal Officiel par le biais de l’internet.

Pour l’heure, le résultat de cette activité normative du Gouvernement en 2017, peut se résumer comme suit : 154 textes publiés au Journal Officiel dans sa version papier, dont 14 lois, 9 ordonnances, 64 décrets et 67 arrêtés.

Monsieur le Premier Ministre,

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA a fixé le cap pour cette année 2018, tant en termes de projets prioritaires, tels qu’il les a déclinés dans son adresse à la Nation de fin d’année, qu’en termes de méthode de travail, lors de son discours de vœux à l’administration il y a quelques jours de cela.

Sur ce dernier aspect, l’orientation donnée en faveur de la mise en œuvre des projets prioritaires, la nécessité pour les gestionnaires publics de se montrer ingénieux, pragmatiques et efficaces nous interpelle sur l’importance de renouveler nos méthodes de travail. C’est pour cette raison également que nous rappelons, ici, l’importance, pour chaque partie prenante concernée par la mise en œuvre de ces projets, chaque administration, chaque gestionnaire public, de jouer rigoureusement sa partition, en toute responsabilité, afin d’être à la hauteur de la confiance placée en lui par Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat et par vous-même, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Car, il faut le reconnaître, les enjeux sont grands, les gabonais attendent, en effet, plus des services de l’Etat dans les secteurs de l’éducation, de la santé, de l’emploi et du cadre de vie, notamment.

Monsieur le Premier Ministre,

La seconde mission assignée à votre Gouvernement est celle de la mise en œuvre des recommandations du Protocole d’Accord du Dialogue Politique afin qu’elles soient traduites en actes législatifs et réglementaires ou en actions du Gouvernement.

En effet, dès la fin du Dialogue Politique, vous avez mis en place un Comité ad hoc chargé de la rédaction des Actes du Dialogue Politique. Ses travaux ont permis l’élaboration de 13 projets de textes y compris le projet de loi portant révision de la Constitution dont je salue, au nom des personnalités présentes à cette cérémonie de vœux, l’aboutissement heureux, qu’il convient, à n’en point douter, de mettre à l’actif de votre Gouvernement comme acte majeur.

Cet acte juridique majeur est d’autant plus à saluer ici qu’il prédétermine l’ensemble du mécanisme à mettre en œuvre pour les prochaines actions du gouvernement dont la plus urgente est la prise des actes juridiques nécessaires à l’organisation des prochaines élections législatives.

Monsieur le Premier Ministre,

Dans cet ordonnancement des actions du Gouvernement, se trouve en bonne place, l’action de nos Forces de Défense et de Sécurité, qu’il faut magnifier en cette circonstance. Qu’un nouvel hommage soit rendu ici au dévouement et à l’abnégation de ces hommes et de ces femmes qui consacrent leur vie à la sécurité des biens et des personnes dans notre pays.

Monsieur le Premier Ministre,

Un temps fort de l’action de votre Gouvernement sera, à n’en point douter, l’organisation des prochaines élections législatives. Lors de ses vœux de nouvel an au peuple gabonais, Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat a rappelé son engagement à organiser cette année les élections législatives dans le respect de la décision de la Cour Constitutionnelle.

La bonne organisation de ces élections est un enjeu administratif, technique et politique pour le Gouvernement. Ce sera également et surtout le gage du retour à la sérénité dans notre pays depuis le dernier scrutin de la présidentielle de 2016 dont, le moins que l’on puise dire, est que ses lendemains ont été quelque peu chahutés. Aussi et conformément à sa vocation, l’Administration se tient-elle prête à mettre tout en œuvre pour vous accompagner dans la réalisation de cet objectif.

Monsieur le Premier Ministre,

S’il est vrai que notre administration est prête à accompagner le Gouvernement dans ses différents défis, et c’est cela sa vocation, il est tout aussi vrai de constater, pour le déplorer, que le fonctionnement de notre service public est encore quotidiennement entravé par des grèves intempestives menées dans la plupart des cas à la limite de la légalité, paralysant parfois des secteurs d’activités entiers, et obérant considérablement leurs capacités à fonctionner et à se déployer normalement, contribuant ainsi à fragiliser gravement notre économie.

Cette situation est inacceptable et doit être fustigée avec la plus grande énergie. Elle appelle de la part du Gouvernement, probablement une profonde réflexion, surement une action courageuse, en tout état de cause une solution idoine pour y remédier.

Au demeurant, dans les débats avec la société civile et les acteurs politiques lors du Dialogue Politique d’Agondjé, il a été fortement recommandé de réexaminer aussi bien le statut des syndicats que le dispositif législatif et réglementaire de l’exercice du droit de grève au Gabon, rejoignant ainsi vos propres instructions à ce sujet.  

Enfin et pour terminer Monsieur le Premier Ministre, votre Gouvernement s’est fixée dans sa feuille de route, la poursuite de la mise en œuvre des ambitions de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, dans le domaine de la diplomatie, notamment, par le renforcement de l’intégration régionale et la consolidation du rôle du Gabon dans le monde. Deux faits majeurs illustrent votre engagement dans ce domaine en 2017 : l’application effective par notre pays des décisions des Chefs d’Etats de la CEMAC relatives à la libre circulation dans notre espace régional et la nomination de notre compatriote, votre prédécesseur, le Professeur Daniel ONA ONDO, aux prestigieuses fonctions de Président de la Commission de la CEMAC. Nous voulons ici, avec votre permission, Monsieur le Premier Ministre, lui adresser nos chaleureuses et vives félicitations pour cette brillante récompense de sa riche carrière professionnelle et politique et lui souhaiter plein succès dans l’exercice de ses nouvelles fonctions.

Les ambitions du Gabon dans le domaine de la diplomatie, c’est aussi la poursuite de la mise en œuvre de nos engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

La participation fortement remarquée et saluée de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA à la COP 23 et à la conférence de Paris, le versement par notre pays d’une contribution financière à hauteur de 500.000 Dollar à ces efforts, participent au raffermissement du leadership continental de notre pays sur les questions environnementales.

Monsieur le Premier Ministre,

Comme vous l’avez indiqué, dans vos vœux au Président de la République, Chef de l’Etat, « 2017 a été une année de défis (...). L’année 2018 sera assurément une année de renouvellement et de concrétisation ».  C’est une perspective qui s’ajuste parfaitement avec la vision de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA lorsqu’il dit que : « 2018 devra être une année de concrétisation et de réalisation. »

C’est donc sur le constat heureux de l’ajustement de ces perspectives gouvernementales et présidentielles que je clos mon propos en vous renouvelant, Monsieur le Premier Ministre, à vous même, à votre épouse, et à tous ceux qui vous sont chers, au nom de l’administration, des forces de Défense et de Sécurité, du secteur privé et au mien propre, nos voeux de bonne et heureuse année 2018, sous les auspices  de Dieu  tout puissant.

Je vous remercie.

 ALLOCUTION DE MONSIEUR EMMANUEL ISSOZE NGONDET PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT

Modifié : 18 / 01 / 2018

Jonas Prosper LOLA MVOU

Photo du Ministre

Secrétaire Général du Gouvernement

Magazine : Journal du Gouvernement Gabonais
  Magazine : Journal du Gouvernement Gabonais